Les opérateurs culturels (théâtres, centres culturels, musées, salles et espaces culturels, bibliothèques, centres d'expression et de créativité, artistes ...) sont continuellement confrontés à d'importants défis, liés aux mutations de notre société : diversification du public, multiplication des besoins et envies en matière de vie culturelle, généralisation de la numérisation...

A ces paramètres sociétaux s'ajoutent les spécificités des politiques culturelles menées par les différentes Communautés (Kunstendecreet et Erfgoeddecreet pour la Flandres, différents décrets et services de l’Administration générale de la Culture pour la FWB) mais aussi les autres degrés de pouvoir. En effet, le gouvernement fédéral, les Régions et les communes participent également (tax shelter, services culturels, institutions culturelles fédérales...), chacun à sa manière et avec ses méthodes propres, au développement culturel. Bruxelles, au carrefour de toutes ces compétences et énergies, accueillant de surcroît un public extrêmement divers, se voit dès lors octroyé, de gré ou de force, une place très particulière et complexe (voir étude 'Creatief met chaos créatif', éditée par le RAB BKO).

Conscients de cette complexité, nous relevons le défi et assumons notre rôle de moteur et d'expérimentateur. Poser les questions adéquates. Chercher et trouver les réponses qui font avancer. Favoriser le renouveau et la transition, dans un esprit de collaboration. Tel est notre crédo.

Tout au long du projet, en partant de ce qui caractérise l'opérateur culturel concerné, nous examinons les collaborations concrètes et durables (avec, par exemple, des organismes liés au secteur de la Jeunesse ou de l'Enseignement) pouvant favoriser l'épanouissement de cette spécificité. Nous proposons donc des conseils sur mesure, l'accès à un très large réseau d’opérateurs de différents communautés et secteurs, un accompagnement concret des projets et un partage de connaissances.